La Création du mémorial de la 42e division arc-en-ciel


 

Sculpteur: James Butler, MBE RA

 

 L’Inspiration  

Quelle fut votre inspiration pour cette œuvre ?

« J’ai créée un certain nombre de statues sur des thèmes militaires. J’ai servi moi-même dans l’armée et j’ai beaucoup d’admiration et de sympathie pour le sort du simple soldat et pour la façon dont, parfois, l’homme le plus ordinaire témoigne d’une tres grande bravoure et de beaucoup d’attention pour ses camarades. Pour ce mémorial de la 42e division arc-en-ciel mon idée à l’origine était de montrer le lien puissant qui existe entre des militaires en service et un soldat portant son camarade mort. Apres avoir travaillé pendant un certain temps sur cette œuvre, elle commença à prendre à mes yeux un sens spirituel tres puissant. Le soldat mort est mou comme si son corps venait juste d’être soulevé du champ de bataille. Le personnage portant le mort se transforme de plus en plus en ange de miséricorde. Il est parfait, il n’est pas blessé et il semble éloigné de la tragédie du conflit. Je ne suis pas une personne religieuse mais en travaillant à cette sculpture, j’ai ressenti une puissante inspiration spirituelle. »

 

 La Méthode 

Parlez nous de la création de la sculpture?

« J’ai tout d’abord fait une maquette en argile de soixante cm de haut. C’est en la faisant que j’ai véritablement défini le rapport entre les deux figures – la façon dont elles allaient se définir l’une par rapport à l’autre et aussi la balance générale et la masse de la composition. La fondation du Mémorial de la Ferme de la Croix Rouge approuva mon modèle, ma maquette. J’ai ensuite du commencer à créer la version finale. Avec de l’aide, j’ai construit une armature d’acier qui était à peu près 5 fois la taille de la maquette. Il fallait que cela soit solide, capable de supporter le poids de l’argile, la matière dans laquelle j’allais modeler la forme. L’argile est une matière merveilleusement expressive qui traduit fidèlement les mouvements des mains du sculpteur. Quand la sculpture en argile a été terminée, la transformation de la forme en bronze commence.
Le bronze a été coulé en utilisant la méthode de la cire perdue.

Un moule de caoutchouc a tout d’abord été façonné en recouvrant la surface d’argile de caoutchouc liquide. Quand cela a été solidifié, une jaquette a été faite en enduisant le caoutchouc de fibre de verre et de résine. L’opération se fait en plusieurs morceaux de manière à ce que le mouleur puisse les manipuler. Ensuite les morceaux de résine sont enlevées et le moule de caoutchouc est coupé et déposé dans la jaquette de résine. Le processus est répété sur toute la surface de la statue en argile – dans ce cas particulier 35 sections ont été créées.

La prochaine étape consiste à étaler de la cire fondue à l’intérieur du moule en caoutchouc. Lorsqu’il a refroidi, le caoutchouc est décollé et le sculpteur vérifie que la surface en cire est bien conforme à l’original en argile. Un moule est fait autour de la section en cire. Le moule dans lequel le bronze va être versé est une carapace de céramique à la surface tres fine qui permet de capturer tous les détails du modelage. Tous les bronzes sont creux car le métal moulé se rétracte quand il se refroidit. L’intérieur du moule en cire est rempli de plâtre de précision. Des clous sont enfoncés dans le plâtre qui devient un noyau solide. Les clous sont la pour éviter que le noyau glisse quand la cire fondue s’écoule. Un système de tiges de métal est ajouté pour permettre au bronze fondu de s’étaler à l’intérieur du moule et des petits tubes sont insérés à l’endroit des élévations de la sculpture pour éviter que des bulles d’air ne se forment au moment de la coulée du bronze. Le tout est placé dans un four qui est chauffé à très haute température. La cire, désormais fondue, s’écoule en dehors du moule tandis que le bronze liquide remplit le moule, s’infiltrant dans tous les espaces laissés par la cire. Après refroidissement, le moule est cassé pour révéler la sculpture en bronze. Apres avoir été nettoyé très délicatement et poli, le bronze est généralement d’une couleur claire et brillante, comme un nouveau centime mais avec une apparence tachée.

Les sections du bronze sont soudées ensemble. Les marques que cela laisse sont ensuite polies et les différentes surfaces sont aplanies par des artisans très qualifiés.

Finalement la surface est patinée pour donner au bronze une couleur unie. Cela se fait avec une solution de différents sels et acides qui permettent d’arriver à une gamme de couleurs qui varient du vert au bleu et à différentes teintes de brun et de noir. La patine du bronze dépendra des vœux de l’artiste.

Il est dans la nature du bronze, qui est un alliage de cuivre et d’étain, de devenir de plus en plus foncé avec le temps car le métal est soumis a une procédé d’oxydation lorsqu’il reste en plein air. Le mémorial de la division arc-en-ciel est maintenant patiné, ou coloré, en noir. Cela restera sa couleur permanente. Cette couleur se maintiendra car elle sera le résultat d’un changement du bronze lui-même. »

 

 Le Soldat 

La sculpture représente un soldat américain qui porte son compagnon mort. Il s’agit d’un simple sergent. Son rang est inscrit sur sa manche droite. Il n’y en avait qu’un par peloton. Il était le membre avec le plus d’ancienneté. Il ne porte pas l’insigne de la 42e division car les insignes des divisions n’apparaissent que plus tard sur la manche des soldats. Rien ne distingue le soldat mort de son compagnon. Le soldat porte un masque à gaz, ouvert sur le devant pour être plus facilement accessible. Son fusil est un Calibre 30 Bolt Action US Springfield, modèle 1903 avec un clip de 5 cartouches. La baïonnette est au canon. MacArthur dans ses Mémoires explique bien que pendant les combats de la ferme de la Croix Rouge la baïonnette a été utilisée. Le fourreau de la baïonnette est recouvert de toile avec une double fermeture qui permet de le fixer sur la ceinture de munitions. Le casque est un modèle US 1917 avec des courroies en cuir. La tunique est un modèle standard 1917 avec des épaulettes larges. Les chaussures, aux talons, semelles et œillets à lacets renforces de cuivre, ont été fournies en France. Les bandes molletières faites des bandes en laine suivent le modèle anglais. Il porte une cartouchière de 60 rondes, avec six poches contenant chacune deux clips de 5 cartouches. Elle est en coton léger, accrochée à l’épaule droite. Le fusilier monte généralement à l’attaque avec une charge de deux cent cinquante cartouches. La cartouchière est un modèle de 1910 pour troupe à pied en toile tissée à dix pochettes pour contenir deux clips de 5 cartouches de .30-06. Un harnais entrecroisé sur les deux épaules est attaché à l’avant et à l’arrière de la cartouchière. La cantine et la trousse de secours, recouverts de housses en toile, sont elles aussi accrochées à l’arrière de la cartouchière. Il porte un pistolet automatique, modèle 1911, calibre 45 dans un étui de cuir, modelé 1916. Au début de la guerre, seuls les officiers, chefs d’escouades et sergents recevaient un revolver. Au moment de la bataille de la ferme de la Croix Rouge, les simples soldats peuvent aussi en avoir un.

 

 La Fonderie 

Le bronze a été fondu par Black Isle Foundry située à Nairn, près d’Inverness. Les différents moules ont été façonnés au studio de l’artiste dans le Warwickshire et envoyés en Ecosse. Le fondeur de métal, Farquhar Laing et son équipe d’artisans très qualifiés ont transformé le travail de James Butler en une superbe statue de bronze. Black Isle Foundry livra le mémorial de la division arc-en-ciel à l’Académie Royale des Arts à Londres pour son « Exposition d’Eté » et l’installera cet automne sur son site définitif, à la ferme de la Croix Rouge en France.

 

 Exposition d’Eté  

Royal Academy of Art
Londres, Grande Bretagne
7 Juin – 15 Aout 2011

La statue du mémorial de la division arc-en-ciel a été exposée dans la cour Annenberg de l’Académie Royale des Arts pendant l’Exposition d’ Eté.

 

 Inauguration 

Le mémorial a été inauguré à la Ferme de la Croix Rouge sur 12 Novembre 2011

 

 Transfert de Propriété 

La propriété du monument a été transférée à la ville de Fère-en-Tardenois le 10 Novembre 2012